ISO 9001
Recyclage

La filière du recyclage et l'Etat s'engagent

L'Etat et les entreprises ont signé le 19 janvier dernier, un contrat qui vise à lever les freins au développement du recyclage des déchets. Ils s'engagent à travailler sur six "projets structurants", correspondant aux six principaux défis de la filière.

1. Développer et soutenir l'incorporation de matières premières de recyclage

2. Substituer des centrales et chaufferies industrielles fonctionnant au combustible fossile par des centrales CSR / Biomasse : expérimentations

3. Accompagner les entreprises à l'international

4. Innover en matière de recyclage des métaux critiques, des plastiques complexes et en matière de gestion et recyclage des biodéchets

5. Accompagner les collectivités pour la mise en œuvre d'une tarification incitative fondée sur les bacs de collecte connectés

6. Accompagner les start-ups innovantes dans le domaine

Mais les entreprises réclament « un cadre économique et réglementaire favorable" car, « Atteindre les objectifs que s'est fixée la France implique des investissements considérables, évalués par les professionnels à 4,5 milliards d'euros », a souligné le président du Comité stratégique de la filière et directeur général de Suez, Jean-Louis Chaussade.
Avec la division par deux de la mise en décharge, 8 millions de tonnes de déchets supplémentaires vont en effet devoir être pris en charge par les filières de collecte et de traitement. Les professionnels attendent notamment la future loi sur l'économie circulaire, en cours de préparation, qui doit contenir des mesures pour améliorer la collecte et le recyclage.

Plus d'information sur https://www.entreprises.gouv.fr/conseil-national-industrie/signature-du-contrat-du-comite-strategique-de-filiere-transformation-et
 
Télécharger le contrat de la filière



 


Sommaire

L’innovation au cœur du prix EPRO pour le recyclage

L'objectif de ce concours est de mettre en valeur les dernières innovations en matière de plastique recyclé dans une gamme croissante de produits et d'articles. 9 finalistes ont été nominés au total dans les deux catégories Innovation et Durabilité,  dont le groupe Barbier, partenaire d'A.D.I.VALOR et leader français du film agricole. Les gagnants seront annoncés à IdentiPlast 2019, qui se déroulera à Londres les 7 et 8 mars 2019.

Plus d'informations : http://bestproduct.epro-plasticsrecycling.org

Lire le communiqué de presse


Sommaire

Perspectives incertaines pour le recyclage des emballages et plastiques agricoles en 2019


Pour Pierre de Lépinau, Directeur d'A.D.I.VALOR, «  La situation du plastique recyclé reste très dégradée sur le front européen et français : les perspectives restent incertaines. » Sur le front du PEBD, l'offre en films plastiques usagés à recycler reste bien supérieure à la demande. Les stocks s'accumulent un peu partout en Europe. Les conséquences sont funestes pour les films agricoles : « comme en 2018, les films de paillage trop souillés ne trouveront pas preneurs en 2019. L'offre pléthorique en  films industriels et commerciaux pèse lourdement sur les prix de reprise des films de meilleure qualité ». La situation s'est également dégradée pour les polypropylènes souples.

Pour Stéphane Guesney, responsable collecte et valorisation chez ADIVALOR « L'effet domino consécutif à la fermeture chinoise se poursuit : la totalité des big bags issus des collectes dans l'industrie et le bâtiment était exportée vers les pays de l'Asie du Sud Est. Ces pays affichent actuellement complets : les stocks de big bags s'accumulent en Europe. Nous appelons les principaux collecteurs de ce type d'emballage à s'allier avec nous en vue de la création d'une unité de recyclage en France. »

Une exception dans ce paysage morose : le PEHD. La demande en PEHD reste soutenue et bien orientée. Pierre de Lépinau se veut néanmoins rassurant : « Nous restons confiants malgré tout sur le moyen terme, l'exemple du PET démontre que des prises de position fortes des grands donneurs d'ordre (embouteilleurs, agro-alimentaire) en faveur d'emballages contenant de la matière recyclée peut rapidement rééquilibrer les marchés. Il est donc urgent que de nouveaux engagements volontaires d'incorporation soient annoncés, chiffrés et rendus publics, tant au niveau français qu'européen. Concernant les emballages et plastiques agricoles, nous mettons en place, avec le soutien des metteurs en marché, un dispositif qui garantisse les enlèvements et nous permette de stocker dans l'attente de capacités de recyclage disponibles. »

Pour rappel, A.D.I.VALOR organise chaque année le recyclage de plus 60 000 tonnes d'emballages et plastiques usagés dont :

- 40 000 tonnes de films à base de Polyéthylène basse densité (PEBD)

- 11 000 tonnes d'emballages souples et ficelles à base de Polypropylène (PP)

- 6 000 tonnes d'emballages rigides à base de Polyéthylène haute densité (PEHD)


 


 






 


 


Sommaire


© ADIVALOR 2019 - mention légale